Home » La machine biologique

La machine biologique

La machine biologique

Le corps humain est l'outil qui nous permet de découvrir la vie à travers les sens, les facultés et les talents, avec qui et à travers, nous entrons en contact et en relation avec l'environnement.

 

Le chimique, l'appareil sensoriel, la mécanique psychologique, ne sont que quelques-uns des outils lui-même parfait, mais souvent faillible et potentiellement trompeurs dans leur utilisation, mais nous permettent d'interpréter le monde dans lequel nous vivons et interagissons.

 

On peut dire que essentiellement, dans sa fonction première, une grande partie de ce que nous sommes biologiquement, donc aussi psychologiquement et cérébralement, est un système de défense très efficace, qui est conçu et programmé dans presque toutes ses capacités, principalement pour se protéger contre menaces environnementales de toute nature en nous perceptible.

 

Si nous mettons la main sur un radiateur chaud, nous brûlions, et nous recevons un signal de douleur sensorielle, comme il est vrai aussi que si elle traverse notre esprit une pensée désagréable, même le cadre chimique, suivant une stimulation nerveuse, à ce moment-là fera l'objet d'un changement, pour nous faire ressentir des sensations désagréables, qui nous mettent en garde, à travers le corps, que la pensée (ou la cause qui le génère) n'est pas bon pour nous, produisant le stress et le déclenchement d'autres mécanismes psychologiques qui sapent le bien-être dans l'immédiat, donc en signalant la nécessité de mettre un remède à la source de l'inconfort, toujours avec le but ultime, puis, de préserver notre intégrité, quel que soit l'aspect concerné.

 

Lorsque cette machine biologique essentiellement parfait, elle perçoit en sécurité, alors elle commence à mettre à profit ses sens et ses compétences, non seulement pour se préserver, mais de s'exprimer et réaliser, en permettant d'exploiter son potentiel puis donner un sens plus grand et plus complet à son raison d'être.

 

Il est le facteur héréditaire, exprimé à travers les traits héréditaires, à son tour, déterminé par les gènes, qui résident les traits ainsi que leur potentiel individuel, qui, si cultivé, sera le moyen d'épanouissement personnel.

 

Il est dans la manifestation des caractéristiques qui se produit lors de l'interaction avec l'environnement, que le corps humain, en utilisant la chimie, ainsi que les facultés physiques et mentales, en se concentrant cette fois en quelque chose sans doute plus que la simple conservation de soi, et il est seulement dans ces circonstances, l'individu a la possibilité de développer et d'exercer son réel potentiel et il est ici que le concept de « vie » transcende enfin que la simple existence, pour indiquer un nouvel horizon, différent et distinct pour chacun d'entre nous.

 

En même temps, on peut comprendre comment un outil parfait comme le corps, comme on le voit dans son intégralité, en référence évidente aussi à la puissance nerveuse et le cerveau, peut tromper, lorsque les ressources intellectuelles ne sont pas en mesure de faire face aux situations, et puis tout a l' environnement. Il peut être fascinant, de faire une auto-analyse, au cours de la journée, ou même pendant la semaine, les estimations de toutes nos mauvaises impressions dont nous avons réalisé, nous devions percevoir les gens et l'environnement. Souvent, nous ne sommes pas conscients de notre propre faillibilité, parce que nous avons tendance à remarquer la plupart des erreurs qui ont généré des conséquences et des implications pratiques.

 

La réalité de l'environnement ne peut pas être aussi facile à interpréter comme il peut apparaître plus souvent et en plus, le facteur de corps psychologique et chimique, peut facilement fausser encore une vision objective, là où il n'y a pas d'outils, comprise comme la capacité à interpréter.

 

Prenons, par exemple, toutes ces choses, communément considéré comme le matériau source de bien-être, comme certaines formes de loisirs, les relations avec le sexe opposé, la réalisation des ambitions professionnelles et économiques et nous demander dans quelle mesure, la personne, est plus ou moins capable de gérer sur elle-même, l'impact de ces expériences dans sa vie.

 

Il y a beaucoup de cas de personnes qui finissent par se compromettre sérieusement, à tous égards, de poursuivre les passions et les expériences, dont ne savent pas vraiment comment gérer l'impact émotionnel et psychologique; il suffit de penser de ceux qui ont dilapidé des fortunes dans des aventures sexuelles ou qui est ruiné par le jeu, la drogue ou d'autres vices.

 

Probablement pas l'expérience elle-même le problème, mais la capacité à gérer elle-même, qui ne peut être déterminée sinon par la capacité cognitive et le fruit intérieur de l'individu qui a tiré de l'expérience.

 

Il est plausible de supposer que plus une expérience a été intériorisé, plus cela appartient à nous, sous un certain point de vue de l'assimilation de ce dernier; Cela implique automatiquement une baisse de la nécessité de le répéter.

 

Un exemple simple peut-être un enfant de 7 ans qui commence à boire du lait au chocolat, peut-être au début il percevra cela comme une expérience phénoménale, mais, peu à peu, pour s'y habituer, peut mieux gérer l'ensemble de cette désir. Avec l'âge des expériences deviennent plus complexes, mais la mécanique reste inchangée, tout en changeant la complexité de l'objet de l'expérience, comme étant un internaliser sans doute plus simple, l'expérience de la consommation d'une boisson, ce qui est la relation avec le sexe opposé ou les vices et les passions de toutes sortes, ainsi que toute l'ambition dégénéré en quelque chose de pathologique.

 

Il est à ce point qu'il semble légitime de se demander quelle est la proportion de réelle indépendance mentale et psychologique imputable à une personne qui est venu à être dominé par toute dépendance, que ce soit l'alcool, de drogues ou d'autres vices, sans exclure l'apparition de difficulté de maîtrise de soi dans la sphère sexuelle (souvent confondu à la "vie sentimentale"), ce qui peut entraîner des compromis dangereux dans le choix du partenaire; cette question, est placée sous un point de vue d'ensemble, pour tenter de déterminer quelle est la limite au-delà duquel, un esprit est suffisamment capable de métaboliser et comprendre une expérience, au point d'internaliser assez pour pouvoir enfin être en mesure de « choisir » face à une situation potentiellement tentante, plutôt que d'être submergé. Il est remet en question le pouvoir du libre arbitre par rapport à ses limites intellectuelles.

 

Il faut souligner que, en plus des limitations personnelles dans la capacité intellectuelle, plusieurs aggravant il peut certainement ajouter, par des facteurs environnementaux et l'expérience de la personne concernée.

 

En même temps, il est essentiel d'admettre, que quelles que soient les ressources et la capacité conséquente à métaboliser et à l'intériorisation de l'expérience, il doit encore être expérimenté dans la conscience et répétée un nombre approprié de fois de l'individu avant d'être assimilé et absorbé suffisamment.

La machine biologique - Prieuré De Sion